Carottage au Pré Noir : carnet de terrain

Contexte

Grâce aux recherches en paléoenvironnements menées en 2019 et 2020, une parcelle susceptible de fournir des archives sédimentaires a été mise en évidence sur la commune de Saint-Bonnet-de-Rochefort. Le site nommé « Pré Noir » dans le cadastre napoléonien porte un toponyme caractéristique, évoquant une prairie humide très organique.

Cette zone humide d’origine alluviale est alimentée par un ruisseau. Elle est située face au site de hauteur de Jenzat et présente une flore caractéristique (Fig.1) composée de menthe (Mentha sp.), d’eupatoire à feuille de chanvre (Eupatorium cannabinum), de chardons palustres (Cirsium palustre), de grande Lysimaque (Lysimachia vulgaris) et de Cypéracées (Carex).

Fig.1 : Le Pré noir et sa flore hygrophile (vue du nord)

Méthode et résultats de terrain

Après avoir testé le site par sondage à la barre pour estimer l’épaisseur du remplissage sédimentaire, nous avons réalisé en mai 2021 deux carottages parallèles, espacés de quelques mètres.

Le carottage le plus profond a livré une séquence de presque 2 mètres de sédiments !

Cette dernière est composée de 4 unités principales (Fig.2) :

  • le sommet entre la surface et -35 cm est composé d’argiles brunes oxydées et correspond au fonctionnement actuel de la prairie humide
  • entre -35 cm et environ 1 m se trouvent des argiles grises à sables fins et lits de charbons, liés à une phase d’incendies récurrents très certainement
  • au-delà d’1 m de profondeur, on rencontre une phase argilo-sableuse plus terrigène (apports de versants). Elle présente de nombreux charbons et fragments de terre cuite (Fig.2). Cette couche est ponctuellement interrompue par des lits de sables (crues ou érosion des versants ?) et de bois qui forment la base de la séquence et évoquent une période de crise anthropique et climatique locale
  • La séquence se clôt vers 2 m de profondeur par des niveaux de sables arénacés, annonçant sans doute la partie supérieure du substratum géologique.
Fig.2 : Zoom sur le carottage.

Et la suite ?

Nous avons lancé 3 datations par le carbone 14 de cette séquence pour savoir à quelles périodes se rattachent ces phases, avant de lancer de plus amples analyses.

Remerciements

Un grand merci à G. Vernet, L. Bouffard, D. Geoffroy et L. Coma qui ont enduré la pluie et les orages pour venir à bout de ce carottage (Fig.3). Merci également à P.-Y. Milcent et D. Lallemand pour le prêt du matériel de carottage, l’organisation de la mission et leur soutien.

Fig.3 : Ambiance de terrain


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.