Communiqué et revue de presse (août 2021)

Communiqué de presse

Découvertes exceptionnelles de dépôts métalliques de l’âge du Bronze final dans le cadre du PCR

Depuis 2019, l’équipe de recherche sous la direction de Pierre-Yves Milcent (Université de Toulouse Jean Jaurès / Laboratoire TRACES-UMR 5608) conduit des prospections et fouilles archéologiques dans le sud du département de l’Allier, près des gorges de la Sioule. A proximité de Gannat, ces travaux ont abouti récemment à la découverte d’un grand habitat fortifié de hauteur de la fin de l’âge du Bronze (vers 800 av. J.-C.). Les habitats fortifiés sont nombreux à l’âge du Bronze final, mais il est rare qu’ils soient aussi grands que celui-ci (une trentaine d’hectares). Celui qui vient d’être fouillé près de Gannat était défendu par deux lignes de barrage parallèles sur 350 m de long environ. Les deux lignes fortifiées correspondent à un mur précédé d’un glacis taillé dans la roche. Dans le rempart externe, deux files de poteaux armaient des caissons de bois remplis de pierres sèches. Le mobilier associé date les deux remparts de la fin du Bronze final (IXe s. av. J.-C.).

Le caractère exceptionnel du site tient aussi et surtout à la découverte de plusieurs dépôts organisés contenant des centaines d’objets entiers en bronze. Il s’agit désormais de l’habitat de l’âge du Bronze qui livre le plus grand nombre d’objets métalliques en France, et c’est aussi l’un des plus riches d’Europe pour la période.

Un premier dépôt mis au jour en 2017 par une action de pillage a été acquis par le Musée Anne de Beaujeu. Malheureusement il n’a pas pu faire l’objet d’une fouille précise et documentée.

En 2020, deux importants dépôts métalliques intacts ont été mis au jour lors de nos fouilles programmées. Ils ont été prélevés en bloc pour être scannés en 3D par tomographie, puis fouillés minutieusement en laboratoire. Leur fouille est en voie d’achèvement.

Ces deux dépôts étaient parfaitement intacts, ce qui est très rare, et installés chacun dans un vase en céramique décoré. Chaque vase contient plusieurs dizaines d’objets en bronze, entiers pour la plupart : lames de hache, de couteau et de faucille, bracelets, anneaux de cheville, pendentifs, ceintures décorées, poignards, pointes de lance, pièces de char et de harnachement de chevaux, objets énigmatiques, etc. Des objets plus curieux, observés pour la première fois dans de tels contextes, ont également été mis au jour : galets de rivière choisis pour leur couleur (blancs dans un dépôt, rougeâtres dans l’autre).

Les deux dépôts possèdent en partie les mêmes types d’objets, rangés de la même façon et selon le même ordre (bijoux regroupés par lots à la base du vase, lames de hache disposées tête-bêche au-dessus). Cette sélection des objets et cette répétition des gestes qui ont abouti aux dépôts sont observées pour la première fois en France, et de façon très précise. Elles témoignent de rituels, peut-être de fondation ou d’abandon de l’habitat fortifié. L’étude de ces dépôts jette donc une lumière nouvelle sur un phénomène emblématique et intriguant de l’âge du Bronze européen : l’enfouissement volontaire et organisé de richesses métalliques dans des lieux qui ne sont ni des sépultures, ni des temples. Depuis le XIXe s., les archéologues s’interrogeaient sur les motivations à l’origine de ces dépôts métalliques. Les propositions demeuraient hypothétiques en raison de l’extrême rareté des découvertes intactes et de l’absence de fouilles fines de dépôts réalisées par des archéologues. Les découvertes en cours dans la région de Gannat renouvellent complètement la documentation et nous mettent sur la piste d’offrandes volontaires. Elles mettent en relief l’importance d’une approche archéologique très minutieuse de ces contextes et montrent l’étendue des informations perdues lorsque ces dépôts sont prélevés sans précaution, comme c’est le cas lors des actions de pillage.

En août 2021, l’équipe a mis au jour deux nouveaux dépôts métalliques intacts. L’un était placé dans un pot recouvert par une assiette. L’autre consiste en une série de lames de hache soigneusement déposées tête-bêche dans une fosse. Leur étude, qui ne fait que débuter, permettra de vérifier les premières hypothèses émises durant la fouille des ensembles fouillés en 2020.

Pour rappel, l’âge du Bronze est une période méconnue de la Protohistoire européenne, située entre le Néolithique et l’âge du Fer, entre 2200 et 800 av. J.-C. Les sociétés de l’âge du Bronze final annoncent les principaux traits des sociétés celtiques de l’âge du Fer : économie agro-pastorale développée, organisation socio-économique complexe et hiérarchisée, habitats organisés parfois en de vastes agglomérations, métallurgie intensive, réseaux de contacts et d’échanges tissés à l’échelle de l’Europe. (P.Y. Milcent, Laboratoire TRACES-Université de Toulouse Jean Jaurès)


2 réflexions sur « Communiqué et revue de presse (août 2021) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.