Fouille en laboratoire : deux dépôts à la loupe

Par Lorenzo Coma & Pierre-Yves Milcent

Depuis le printemps 2023, deux dépôts métalliques de la fin de l’âge du Bronze (F14 et F41), qui avaient été prélevés sur le terrain en 2020 et 2021, font l’objet d’une micro-fouille. Cette étape de l’étude succède à une campagne préalable de scanner en tomographie RX réalisée en janvier. Le travail se déroule en laboratoire, dans les locaux de l’UMR TRACES à Toulouse. Il consiste à dégager par passe et sous observation binoculaire chaque vestige au moyen de pinceaux et petits outils en bois tendre. Avant prélèvement des objets, la surface de chaque passe est relevée avec un scanner manuel à lumière structurée, et photographiée systématiquement pour construire un modèle photogrammétrique tridimensionnel. Les scans et photogrammétrie 3D obtenus permettront de conserver très précisément les conditions de fossilisation de chaque élément constitutif des dépôts.

Fouille en cours du dépôt F14 (© PCR Pays de Gannat)

Le dépôt F14

Depuis le début de la micro-fouille en 2021, 355 objets, essentiellement en bronze, ont été dégagés, identifiés, photographiées, prélevés, inventoriés et décrits. Pourtant, le travail n’est pas achevé et le fond du dépôt, contenu dans un vase, continue de livrer des surprises. Outre différents amas de bracelets et torques et l’accumulation d’appliques en fine tôle décorant sans doute une ceinture, quelques objets se révèlent et forment un inventaire à la Prévert : une anse de chaudron pliée en coude, des découpes de tôle à décor perlé (restes de vaisselle ?), une épingle à tête vasiforme, un grand ciselet et un amas de petites perles en tôle. Sous d’autres objets encore à dégager, nous savons grâce à la tomographie qu’un grand bracelet richement décoré reste à découvrir…

Le dépôt F41

Depuis juin 2023, la micro-fouille de ce dépôt, installé lui aussi dans un vase en céramique, a pu reprendre. La première campagne avait dégagé le haut du vase et les tessons effondrés d’une assiette utilisée comme couvercle. La campagne actuelle met au jour deux grands anneaux ornés en torsade dans lesquels sont passés des anneaux plus petits à jonc lisse. Des pendeloques nervurées en forme de queue d’hirondelle y sont suspendues. Ces objets en bronze semblent former deux lots symétriques.

D’importants fragments de cuir et fibres végétales recouvrent certains d’entre eux. Les plus menus ont pu être prélevés et observés sous une loupe binoculaire pour confirmer l’identification. En l’attente de leur dégagement définitif, ces objets métalliques et organiques restent énigmatiques et de fonction indéterminée (pièces de harnachement ?).

2800 ans après leur enfouissement, les dépôts métalliques des environs de Gannat se dévoilent, mais ils sont encore loin d’avoir révélé tous leurs secrets. Leur étude requiert des centaines d’heures de travail spécialisé, des méthodes et outils de travail sophistiqués, et l’on comprend mieux pourquoi cette recherche, dès le terrain, nécessite impérativement l’expertise des archéologues.



Citer ce billet
pcr gannat (2023, 25 juillet). Fouille en laboratoire : deux dépôts à la loupe. Le Pays de Gannat de la Protohistoire à l’Antiquité. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/srmn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.