Un territoire en palimpseste

Plusieurs méthodes dites « non invasives » sont utilisées dans le cadre du programme de recherche « Le Pays de Gannat, de la Protohistoire à l’Antiquité ». C’est le cas de la prospection aérienne qui permet, à l’échelle de l’ensemble de la zone étudiée, d’avoir une approche diachronique de l’occupation humaine.

Les résultats des prospections aériennes peuvent être très aléatoires et dépendent de multiples paramètres physiques et environnementaux : la saison, les conditions atmosphériques, la luminosité, le couvert végétal, etc. ainsi que d’un facteur très humain, à savoir les compétences du prospecteur aérien qui doit pouvoir différencier en quelques secondes les sites archéologiques des leurres (aménagement récents ou anomalies géologiques).

Un petit avion de tourisme est généralement utilisé (Cessna 172, DR 400) pour mener à bien les missions. Il vole à quelques centaines de mètres du sol – c’est-à-dire à basse altitude – et à une vitesse suffisamment lente pour permettre à l’archéologue, assis à côté du pilote, de scruter le paysage qui défile sous les ailes.

Lorsqu’un site est détecté, l’archéologue demande au pilote d’effectuer une boucle à 360° pour « tourner autour » de l’entité archéologique et faciliter ainsi les prises de vues. Des dizaines de clichés peuvent alors être pris pour documenter au mieux les vestiges qui, en fonction de la luminosité, apparaissent ou disparaissent au gré de l’évolution de l’avion.

Exemple de site archéologique détecté au cours d’une prospection aérienne (© B. Dousteyssier)
Le schéma permet d’interpréter le cliché (en gris : chemin ; en noir : traces des roues d’un tracteur ; en rouge : vestiges archéologiques).
Les pièces du bâtiment principal, très caractéristiques, permettent de proposer des attributions chronologique (Antiquité) et fonctionnelle (temple) à ce site apparu dans un champ de blé. Il s’agit d’un fanum gallo-romain constitué d’une cella (pièce carrée centrale qui accueillait la statue du dieu vénéré) et d’une galerie périphérique, également de plan carré. Un autre bâtiment, moins marqué, se dessine plus bas sur la photographie.

On utilise généralement un appareil photo numérique équipé d’une puce GPS pour localiser, au moins globalement, chaque cliché. Un objectif stabilisé de type 24-105 mm permet d’obtenir des clichés aussi bien généraux que de détail.

Mais par quelle magie des sites archéologiques inconnus jusqu’alors peuvent-ils être détectés ? Pourquoi ne sont-ils pas visibles tout le temps ? Et quel intérêt pour l’archéologue de privilégier le survol de champs de céréales ?

Dans la plaine autour de Gannat, les sites ne sont généralement que très faiblement enfouis (quelques dizaines de cm). La végétation qui pousse au-dessus des vestiges peut refléter une image partielle du sous-sol. Le blé, par exemple, est un excellent révélateur.

Les mêmes enclos funéraires, photographiés une autre année (© B. Dousteyssier)
Le blé reflète, sans discrimination, des aménagement anthropiques forts différents et réalisés au même endroit à plus de 2500 ans d’intervalle.  Les enclos funéraires circulaires, datant sans doute de l’âge du Bronze, sont visibles à proximité de drains actuels (traces en arêtes de poisson) servant à évacuer l’eau dans une zone naturellement hydromorphe.

A l’aplomb d’une structure indurée (un sol bétonné, un mur), le taux d’humidité va être moindre que dans une zone ne recelant pas de vestiges archéologiques et, par conséquent, les céréales vont moins croitre.

Long mur révélé par une moindre croissance des pousses de blé (© B. Dousteyssier)
La photographie a été prise du sol. La compréhension globale du site ne peut s’opérer qu’en prenant de l’altitude.

A l’aplomb d’une structure en creux (fosse, fossé) c’est exactement le phénomène inverse qui se produit, la structure archéologique retenant davantage l’humidité et favorisant ainsi une meilleure croissance des végétaux.

Fosses révélées par une croissance légèrement plus importante du blé (© B. Dousteyssier)
La photographie a été prise du sol. La compréhension globale du site ne peut s’opérer qu’en prenant de l’altitude. 

La différence de taille est certes minime – de l’ordre de quelques centimètres – mais vue du ciel, cette croissance décalée des plantes est perceptible et l’image générale du site peut apparaître. Lors d’un épisode de stress hydrique intense, les différences seront d’autant plus flagrantes. Contrairement à l’agriculteur, l’archéologue se réjouit de la sécheresse et parfois, dès le début du printemps, des sites peuvent être visibles. La moisson estivale marque un coup d’arrêt, brutal, des missions aériennes. Sans révélateur végétal, les palimpsestes disparaissent et il faut alors attendre l’année suivante pour recommencer les survols.

Dernières minutes d’un palimpseste (© B. Dousteyssier)
L’image d’un bâtiment antique reflétée par les blés va disparaitre, engloutie par la barre de coupe de la moissonneuse. Heureusement, seul le reflet de surface est détruit. Le site, lui, demeure bien à quelques dizaines de centimètres sous le sol.

Il n’y a donc aucune magie dans le phénomène mais le résultat des prospections aériennes est toujours très aléatoire tellement il est lié à une combinaison de facteurs, variables d’une zone à l’autre. Nul ne peut prédire au début d’une mission aérienne si des sites vont être visibles ou non.



Citer ce billet
bertranddousteyssier (2023, 4 août). Un territoire en palimpseste. Le Pays de Gannat de la Protohistoire à l’Antiquité. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/srmo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.