Bilan de l’activité en 2023

Avec l’appui du Service régional de l’archéologie, notre projet collectif de recherche « Le Pays de Gannat de la Protohistoire à l’Antiquité » a été renouvelé pour trois ans (2023-2025).

La première année de ce nouveau programme triennal a été active et débouche sur de nombreuses découvertes, parfois spectaculaires.

Les campagnes de prospection aérienne et au sol conduites par Bertrand Dousteyssier confirment l’existence d’un réseau dense de petites agglomérations gallo-romaines. Ces agglomérations se développent autour de nœuds routiers et ont notamment en commun de posséder un temple de tradition celtique. Elles se répartissent entre les communes de Bègues, Gannat, Jenzat et le Mayet-d’École.

Prospection aérienne : possible voie romaine sur la commune de Loriges (© Bertrand Dousteyssier)

D’autres prospections, mobilisant cette fois-ci des appareils de mesure de résistivité électrique et du magnétisme des sols, précisent la connaissance des deux grands sites fortifiés protohistoriques de la région. Les résultats les plus spectaculaires obtenus par Vivien Mathé concernent le site de Bègues et son système de fortification. Il apparaît désormais que c’est l’ensemble du plateau, depuis la pointe des Charmes jusqu’à l’arrière du village actuel, qui était défendu par de larges fossés ; l’un d’entre eux, détecté en août 2023, protégeait la pente nord reliant l’éperon des Charmes au village. Des indices suggèrent en outre que les occupations attribuées à l’âge du Bronze et au premier âge du Fer étaient beaucoup plus étendues que ce qui avait été envisagé jusqu’à présent.

Prospections géophysiques de Vivien Mathé au moyen d’un chariot équipé de capteurs magnétiques (© Pierre-Yves Milcent)

L’autre plateau fortifié de la région a fait l’objet de plusieurs campagnes de terrain. Des levés topographiques ont permis d’implanter un bornage très précis.

Installation par Pierre Mahy d’une borne topographique avec un GPS différentiel (© Pierre-Yves Milcent)

A la fin du printemps, la fouille du fossé défensif externe du plateau a été prolongée ponctuellement. Les niveaux les plus profonds, attribuables au Bronze final 3 (IXe s. av. J.-C.), ont été exhumés sous la direction de Fabien Delrieu.

Fouilles du glacis et de l’amorce du fossé défensif devant le rempart extérieur (© Pierre-Yves Milcent)

Un autre secteur situé vers le centre du plateau a été fouillé en été, durant 4 semaines, avec une équipe de 14 étudiants sous la direction de Pierre-Yves Milcent et Anaïs de Roux. Cette fouille révèle un secteur d’habitat daté également du Bronze final 3, principalement sous la forme de trous de poteau et de piquet. A l’exception d’éléments métalliques, le mobilier est extrêmement rare toutefois.

Equipe de fouilles durant l’été 2023 (© Lison Chassaing)
Fouille d’un secteur d’habitat du Bronze final 3 (© Pierre-Yves Milcent)

Parallèlement à ces activités sur le terrain, les recherches en laboratoire continuent à Toulouse sous la direction de Pierre-Yves Milcent. L’exploration des dépôts métalliques qui avaient été extraits en 2020 et 2021 est en voie d’achèvement. Le travail est long et minutieux car chaque passe de fouille, de 1 cm d’épaisseur au maximum, nécessite d’utiliser des outils très fins et peu invasifs, essentiellement des cure-dents en bois tendre et des pinceaux souples. Chaque passe est enregistrée en 3D avec un scanner à lumière structurée. A terme, il sera possible de reconstituer virtuellement la disposition de chaque objet avec un haut degré de précision.

Relevé au scanner à lumière structurée du dépôt métallique de l’âge du Bronze final F82 (© PCR Pays de Gannat)

Toutes les données spatiales collectées sur le terrain sont injectées dans un système d’information archéologique (SIG) développé par Fabrice Müller. Parallèlement, ce SIG est alimenté par la collecte de toutes les informations issues des prospections et fouilles réalisées dans la région antérieurement ou parallèlement au PCR « Pays de Gannat ».

Zone d’étude du PCR et localisation des occupations de l’âge du Bronze, de l’âge du Fer et de l’époque romaine (Document Elisabeth Lacoste)

L’étude du mobilier extrait des fouilles réalisées depuis 2019 constitue un autre volet des recherches du PCR. Plusieurs mémoires de recherche en master portant sur la céramique, les objets lithiques et les lames de hache en bronze ont été soutenus à l’Université de Toulouse Jean Jaurès. L’un, présenté par Théo Enudde (fig. 9), révèle que plusieurs des lames de hache du Bronze final 3 trouvées dans les environs de Gannat proviennent des mêmes moules. Ce travail débouche sur un doctorat en préparation qui permettra, à terme, de mieux connaître l’économie protohistorique du bronze, depuis l’extraction des métaux jusqu’à l’enfouissement des objets en bronze, en passant par leur fabrication et leur utilisation.

Couverture du mémoire de Master 2 d’archéologie soutenu par Théo Enudde

À Saint-Germain-en-Laye, un colloque tenu au Musée d’archéologie nationale a donné l’opportunité de communiquer une partie de ces résultats à l’automne. L’année 2023 se termine avec la préparation d’une exposition d’archéologie qui se tiendra prochainement au Musée Anne de Beaujeu de Moulins, sous l’impulsion d’Emmanuelle Audry-Brunet.



Citer ce billet
Pierre-Yves Milcent (2023, 30 décembre). Bilan de l’activité en 2023. Le Pays de Gannat de la Protohistoire à l’Antiquité. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf0v

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.