Rapport 2023

Le rapport du Projet Collectif de Recherche (PCR) « Le pays de Gannat (Allier) de la Protohistoire à l’Antiquité » de l’année 2023 a été remis au Service régional de l’archéologie Auvergne-Rhône-Alpes. C’est le fruit d’un long travail collectif et interinstitutionnel, comme en témoigne la liste des 20 contributeurs.

En voici la notice qui résume l’essentiel des réalisations de l’année écoulée :

L’année 2023 est la première d’un nouveau programme triennal du PCR (2023-2025). L’enjeu principal du programme coordonné par Pierre-Yves Milcent et David Lallemand est de documenter et étudier sur la longue durée, de la Protohistoire à l’époque romaine, une micro-région de l’Auvergne (15 communes) polarisée par deux plateaux fortifiés, et qui offre un très fort potentiel de recherches interdisciplinaires. Une meilleure connaissance des établissements fortifiés, de leur territoire, de leur environnement et de leur trajectoire sur le temps long est attendue pour déboucher sur un modèle évolutif susceptible d’être confronté ailleurs, spécialement dans le centre et l’est de la France. Le but est de faire de cette micro-région un laboratoire, notamment pour suivre et préciser l’histoire non linéaire de l’urbanisation des sociétés en Gaule continentale dès l’âge du Bronze final. Secondairement, l’objectif est également de faire connaître et sauvegarder par l’étude un patrimoine archéologique riche, mais régulièrement menacé et amoindri par des aménagements, des activités agricoles intensives, et les pillages perpétrés par les détectoristes clandestins.

Cette première année du triennal a permis d’étoffer l’équipe de recherche, de la réunir régulièrement, d’échanger des informations, de prolonger des travaux de terrain systématiques et de faire de nouvelles découvertes importantes. Les principales actions conduites en 2023 sont les suivantes : 

–  prolongement des enquêtes paléo-environnementales, avec le tamisage en vue de l’étude carpologique des prélèvements réalisés depuis 2019 (coord. M. Cabanis) ;

– étude documentaire sur les voies antiques (coord. D. Dousteyssier et Cl. Roger) ;

– développement du SIG intégrant toutes les informations archéologiques cumulées ces trente dernières années (coord. F. Müller) ;

– production d’une synthèse sur les récentes et fructueuses fouilles préventives conduites à Bègues (J. Besson, D. Lallemand, A. Michel) ;

– campagne de prospections aériennes et au sol avec une meilleure caractérisation de nombreux sites déjà connus, et mise en évidence de quelques nouveaux sites (nécropoles à enclos circulaires et quadrangulaires, établissements ruraux gaulois et gallo-romains, voies anciennes, aqueduc…). Le réseau de quatre petites agglomérations gallo-romaines, souvent associées à un sanctuaire de type fanum à plan centré, se précise (sites de Gannat, Bègues, Jenzat et Le Maillet-d’Ecole ; coord. B. Dousteyssier et Cl. Roger) ; enfin des prospections en sous-bois ont permis d’identifier sur un rebord de plateau au-dessus de la Sioule des blocs rocheux gravés de cupules ;

– nouvelle campagne de prospections géophysiques sur le plateau de Bègues et celui qui lui fait face. A Bègues (2 ha couverts), dans la partie nord de l’ensellement, de nouveaux aménagements discordants avec le parcellaire contemporain ont été identifiés, dont un grand fossé qui devait défendre le flanc nord du plateau et relier d’une certaine façon la zone du bourg à l’éperon des Charmes. À Mazerier en revanche, les prospections géophysiques ne révèlent rien de particulier sur 1,46 ha. D’autres prospections ont permis de vérifier et d’abandonner l’hypothèse ancienne de l’existence d’un éperon barré au nord-est de l’oppidum de Bègues (coord. V. Mathé) ;

– campagne d’étude en laboratoire de plusieurs dépôts métalliques et blocs qui avaient été prélevés dans des dépôts métalliques de l’âge du Bronze final 3 : micro-fouilles et réalisations de tomoscans ont permis de progresser dans la documentation de ces ensembles originaux (coord. P.-Y. Milcent, L. Coma et Th. Nicolas) ;

– exploration, sur le plateau face à Bègues, de différentes occupations du Bronze final 3. Ce travail a permis la mise au jour de nombreux aménagements protohistoriques sous la forme de trous de poteau, sablières basses et petites fosses qui révèlent la présence d’un habitat à constructions en terre et bois (coord. P.-Y. Milcent, A. de Roux) ;

recherches universitaires (master et doctorat) conduites sur le mobilier archéologique mis au jour à Jenzat : lames de hache, pendeloques, bracelets du type de Vénat, séries céramiques (Th. Enudde, Cl. Hostie, E. Lacrampe, H. Raffy, N. Roïc) ;

– nouvelles communications dans le cadre de colloques internationaux, et préparation d’un projet d’exposition au Musée de Moulins.



Citer ce billet
Pierre-Yves Milcent (2024, 2 avril). Rapport 2023. Le Pays de Gannat de la Protohistoire à l’Antiquité. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w58b

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.